Cepi. Cap sur les États-Unis

Cepi (Centre Européen de Peinture Industrielle), une PME briécoise (29) d’une vingtaine de salariés, spécialisée dans la réparation des parois des salles de laboratoires pharmaceutiques, est une entreprise qui ne défraye guère la chronique. Pourtant, derrière sa façade discrète se cache une société d’une grande inventivité. Dominique Simon, son créateur, raconte : « Nous travaillons pour les laboratoires pharmaceutiques avec un produit révolutionnaire, unique au monde, dont nous sommes propriétaires des brevets ». Produit à base de résine, mis au point par lui-même, utilisé en maintenance des revêtements muraux des laboratoires de recherche comme de production de produits de haute technologie. « Nos clients sont en Irlande, Hongrie, Belgique mais aussi en France dans la vallée du Rhône », précise-t-il. Et Dominique Simon ne compte pas s’arrêter là. Il vient de céder Cepi à Jean-Michel Pinel, un Briochin arrivant de la Société Air Liquide, qui a pour projet de développer ce concept unique auprès des entreprises agroalimentaires de la région. La reprise va s’accompagner de six créations d’emplois.

Un bureau à Washington

Quant à Dominique Simon, avec une nouvelle application de son process – il conserve le droit d’exploiter la marque Cepi et la jouissance des brevets -, il part s’installer, en famille, aux USA. Il aura son bureau à Washington et son foyer probablement à Annapolis, capitale du Maryland. « Ici, j’avais 360 clients répartis dans toute l’Europe. Dans le Maryland, dans un rayon de 50 km on trouve 560 laboratoires pharmaceutiques. Je pourrai être chaque soir à la maison », sourit-il.

Publié le 11 juin 2015 à 00h00